Apprendre le métier d’horloger

L’école d’horlogerie pour jeunes filles

En juillet 1920, Florence Markert est la première femme à obtenir le diplôme cantonal d’« horloger-rhabilleur (sic) », après un apprentissage complet à l’Ecole d’horlogerie. Cette trajectoire est la voie habituelle des apprentis horlogers masculins. Ce n’est pas celle suivie par les apprenties, reçues à l’Ecole avant tout pour répondre à l’exigence de main-d’œuvre bon marché provenant des manufactures horlogères. Une classe spécifique pour jeunes filles existe de 1843 à 1862, puis de 1895 à 1917, date à laquelle elles peuvent accéder à toutes les classes de l’Ecole.

Prohistoire (Gérard DUC)

Épisode 6 – Narration

Aujourd’hui, il ne viendrait à l’idée de personne d’empêcher les jeunes filles d’accéder à l’Ecole d’horlogerie.

Tel n’a pas toujours été le cas. Jusqu’en 1843, seuls les garçons peuvent suivre les cours de l’école. Cette année-là, le Conseil municipal est saisi d’une proposition visant à ouvrir une classe pour jeunes filles. Les raisons sont avant tout économiques. L’horlogerie genevoise subit la concurrence de l’arc jurassien. On désire abaisser le coût de fabrication des parties les plus simples de la montre en les confiant davantage à une main d’oeuvre féminine, rapidement formée par l’école.

La classe ferme en 1862 et après une réouverture en 1894, elle disparaît définitive-ment durant la Première Guerre mondiale. Le règlement de l’école, adopté en février 1917 par le Conseil administratif de la Ville de Genève mentionne en effet, à son article 14: « Les jeunes filles sont admises dans toutes les classes ». Un cours spécifique de 2 ans leur demeure cependant avant tout destiné.

Combattu par nombre d’ouvriers horlogers, par crainte d’une concurrence et d’une pression à la baisse des salaires, l’accès à la formation des femmes est par contre fortement plébiscité par les patrons de fabriques. Il faut dire qu’en 1918, en moyenne suisse, le traitement annuel d’un ouvrier horloger est environ le double de celui d’une ouvrière de la même branche.

Prohistoire (Gérard DUC)

Apprendre le métier d'horloger : l'Ecole d'horlogerie pour jeunes filles
Apprendre le métier d'horloger : l'Ecole d'horlogerie pour jeunes filles

Illustrations Fabian Menor

Logo de Cadrange sur fond noir

Infomations

info@cadrange.ch

Politique de confidentialité

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer à la politique de confidentialité et aux conditions d’utilisation de Google.